Après un long silence

Premier article de l’année, et premier article depuis plus de six mois. D’aucuns auront sans doute pensé que ce blog était destiné à disparaître dans les limbes de la Toile, aussi vite qu’il était apparu. Eh bien non! Je crois que ma passion et ma motivation transparaissaient dans mon premier article, et elles ne se sont en rien émoussées. Cependant, certaines situations qui nous dépassent nous obligent parfois à faire un pas de côté.

Source: pexels.com

Celle qui m’a tenue loin du clavier ces derniers mois en est un bon exemple. Dans quelques semaines, notre petite famille accueillera un petit être de plus, et cette nouvelle nous remplit évidemment de joie! En revanche, que ceux qui pensent que la grossesse est un état merveilleux et hors du temps où les mamans ne sont que béatitude passent leur chemin. Ce chemin de roses se transforme parfois en buisson d’épines (voire en précipice rocheux), et c’est malheureusement ce qui m’est arrivé. 4 mois et demi à être malade partout, tout le temps, le jour, la nuit, sans répit, à ne plus supporter aucune odeur, même pas la mienne, à ne plus être capable de boire autre chose que des demi-gorgées d’eau pour éviter de les rendre, à ne plus pouvoir cuisiner, ni embrasser ou câliner mon petit garçon, etc. Je vous passerai les détails peu ragoûtants car ce n’est pas le sujet de cet article et que cela me fait frémir rien que d’y repenser. Cependant, je peux affirmer sans exagération que l’hyperémèse gravidique est le malaise physique le plus terrible qu’il me soit arrivé d’éprouver en presque 32 ans d’existence, et le fait que Kate Middleton en ait souffert ne le rend pas plus glamour! J’ai bien cru plusieurs fois que je n’aurais pas assez de forces (physiques et mentales) pour le surmonter. Et puis, cela a fini par passer, mais la fatigue écrasante qui s’est installée dès les premières semaines n’a pas cédé, je crois qu’en médecine on parle d’asthénie. Après des semaines d’arrêt à ne même plus pouvoir pencher la tête sur un livre sans vomir (ne parlons donc même pas de pouvoir me concentrer sur une lecture!), j’ai repris le travail sans me sentir mieux, parce qu’il fallait bien. Ayant très peu d’énergie et me sentant toujours très faible, j’ai donc dû apprendre à me recentrer sur l’essentiel: manger, un peu, dormir, beaucoup, autant que possible; mes deux hommes, aussi.

Puis, comme une épreuve n’arrive jamais seule, nous avons ensuite dû faire face à des inquiétudes concernant la santé de bébé et la mienne. Heureusement, à quelques semaines de la grande rencontre, nous pouvons dire que nous en sommes presque sortis, mais ces quelques semaines d’incertitudes ont été plus qu’éprouvantes, me laissant peu de disponibilité d’esprit pour le reste. Une fois encore, je me suis concentrée sur l’essentiel, et j’ai bien fait. Mais ce n’était pas encore fini! J’ai appris début novembre que je faisais du diabète gestationnel. Moi, la folle de gâteaux, tartes, crèmes, mousses, muffins, chocolat. Un vrai coup de massue pour la pâtissière en herbe que je suis! Les médecins sont gentils car, pendant la grossesse, ils ne parlent pas de régime mais de rééquilibrage alimentaire. Quel cynisme! J’ai donc « rééquilibré » mon alimentation, comprenez bannir le sucre, réduire les quantités de nourriture et faire amie-amie avec les endives. Vous dire que le petit-déjeuner et le goûter sont mes plus grandes frustrations de la journée serait un euphémisme. Disons que, pour vous proposer de bonnes recettes sucrées, ce diabète (normalement temporaire, heureusement!) est un sacré frein. Cependant, je suis le régime à la lettre et ne m’autorise quasiment aucun écart, car je sais les complications qu’un diabète gestationnel mal contrôlé peut engendrer pour maman et bébé. Et même en étant rigoureuse, les hormones ayant aussi leur part de responsabilité, cela reste difficile à gérer. J’attends simplement avec impatience le jour où je pourrai à nouveau pousser la porte de la boulangerie pour demander un éclair au chocolat. Ou deux. Ou même tous ceux dans la vitrine.

Comment j'imagine mon premier petit-déjeuner à la sortie de la maternité...
Comment j’imagine mon premier petit-déjeuner à la sortie de la maternité…
© Marta Dzedyshko

Alors voilà, j’ai mis le blog entre parenthèses. En attendant d’avoir l’énergie de me remettre à lire et d’écrire sur mes lectures, j’étais de toute façon incapable de faire autrement. J’ai d’ailleurs eu l’impression de me mettre, moi, en tant que personne, entre parenthèses également, de m’effacer petit à petit de la surface de la Terre, de devenir transparente. Cette pause forcée n’a en revanche pas entamé mon envie de continuer à partager avec vous, et de revenir dès que possible pour faire vivre cet endroit! À mon rythme, cela va sans dire. Aucun objectif de nombre d’articles ou de livres lus, aucune pression, juste l’envie de vous retrouver et d’échanger sur nos deux passions communes que sont la lecture et la cuisine. Le côté positif de ce « rééquilibrage alimentaire », c’est qu’il m’a permis de découvrir la cuisine à index glycémique bas et, à travers elle, des recettes plutôt savoureuses, et beaucoup plus saines. Cela vous intéresserait-il d’en savoir plus? Avez-vous des attentes particulières par rapport au contenu du blog cette année? J’attends vos retours dans les commentaires!

Il ne me reste qu’à vous souhaiter une merveilleuse année 2021, pleine de jolies découvertes littéraires et de bonnes recettes 🙂

Prenez soin de vous,

M.

9 réflexions sur “Après un long silence

  1. Chère M.,
    il me fut difficile d’écrire un message à ma lecture. Car que te dire à part des phrases convenues ? En tous les cas, j’étais et suis ravie de te lire à nouveau.
    J’espère que tu te sens mieux, aujourd’hui. (oh ! une phrase convenue…)
    Au plaisir de te lire encore et encore.
    Pensées…
    Eléonore

    Aimé par 1 personne

    1. Quel plaisir de te lire par ici! Je commente rarement sur ton blog, mais je lis toujours. Oui, je me sens mieux, car après ces longs mois et un accouchement fracassant, j’ai aujourd’hui dans mes bras la plus belle des petites filles, qui vaut bien toutes les douleurs et frayeurs des derniers mois. J’espère revenir plus régulièrement ici pour partager mes lectures, j’avoue avoir du mal à trouver le temps et l’énergie pour écrire, et je n’ai pas touché un livre depuis la naissance!
      À très vite, sur ton blog ou sur le mien 🙂
      M.

      J'aime

      1. Oh ! Je suis contente de lire ces mots. Et je vous souhaite sincèrement, à ta fille et toi, la plus belle des relations et beaucoup de bonheur !
        Ton histoire, de ce que j’en lis, me fait un peu penser à celle de Maggie O’Farrell (I am, I am, I am).
        Oui, ce n’est pas évident de s’octroyer quelques moments à soi après la naissance de son enfant, surtout quand il y en a déjà un. (j’ai connu cela…).
        Prends soin de toi et mes plus douces pensées pour vous tous.

        Aimé par 1 personne

      2. Je ne connaissais pas cette autrice, je viens d’aller regarder sur Internet et… j’ai envie de tout lire d’elle ou presque, à commencer par le livre que tu mentionnes, qui semble assez original et poignant. Grâce à toi, les étagères de ma bibliothèque vont sans doute finir par s’écrouler 🤭

        J'aime

  2. Ping : Mes envies pour 2021 – Livres & Douceurs

    1. Merci beaucoup! La suite, ce ne sera que du bonheur comparé à ces derniers mois! Je te rejoins sur les discours à propos de la grossesse, qui est un moment tellement idéalisé dans la vie d’une femme qu’il est très mal vu de dire l’inverse. Et c’était pourtant édulcoré car ce n’est pas le sujet du blog 😉

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s