Janvier – Mon bilan de lecture

Nouveauté cette année, je vous propose de partager avec vous en début de mois un bilan de mes lectures du mois écoulé. Comme je vous le disais dans Mes envies pour 2021, je ne chronique pas tout ce que je lis, loin s’en faut! Cependant, deux raisons me donnent envie de partager le bilan exhaustif de mes lectures. La première, c’est que j’aime garder une trace de ce que j’ai lu, même si certains ouvrages ne me plaisent pas, que je ne les comprends pas, que je n’ai simplement pas envie de les chroniquer; et quoi de mieux que de tenir cette sorte de « journal » sur le blog pour être sûre de m’y retrouver? La deuxième, c’est que nous n’avons pas tous les mêmes goûts, et que des livres auxquels je n’ai pas accroché vous feront peut-être vibrer! J’espère donc pouvoir vous donner des idées de lectures et pourquoi pas ouvrir le débat sur certaines, et partager nos ressentis.

Voici donc mon bilan de janvier, qui a été grandement facilité par le fichier de suivi que Justine nous a proposé pour tenir à jour nos lectures du challenge des Littéravores:

Nombre de livres lus: 9, dont 6 comptent pour le challenge des Littéravores

Nombre de pages lues: 2833, dont 2305 pour le challenge

Répartition par nationalités: 6 auteurs français, 2 auteurs japonais et 1 auteur russe

Répartition par genre de l’auteur: 5 auteurs et 4 autrices

Mes lectures ont été les suivantes:

1 Dans le café de la jeunesse perdue (Patrick MODIANO): je souhaitais découvrir cet auteur depuis son prix Nobel en 2014. Malheureusement, cette première lecture m’a laissé un goût amer. Je garde le souvenir d’une histoire décousue, dans laquelle je n’ai pas réussi à rentrer, avec des personnages auxquels je ne me suis pas attachée. Autant dire que ce ne fut pas un coup de cœur! Cependant, le ressenti pouvant être très différent d’un livre à l’autre du même auteur, j’espère recroiser un jour la route de Patrick Modiano. Sur Instagram, quelqu’un m’a conseillé de commencer par Dora Bruder ou L’herbe de nuit. Les connaissez-vous? En avez-vous d’autres à me recommander?

2 Une année étrangère (Brigitte GIRAUD): le sujet de ce roman me semblait intéressant (l’intégration d’une jeune française dans la culture allemande pendant les six mois qu’elle passe dans une famille en tant que jeune fille au pair), mais je n’ai pas accroché non plus. L’histoire m’a semblé manquer de profondeur, et le style assez lisse de l’autrice ne me laisse pas un souvenir impérissable. Une petite déception pour ce roman, donc!

3 Maman a tort (Michel BUSSI): il me faisait de l’œil depuis la série TV diffusée sur France 2 l’été dernier. Coup de chance, je suis tombée dessus par hasard à la bibliothèque! Si j’ai passé un bon moment avec ce livre, somme toute facile et rapide à lire, la magie n’a pas opéré. L’adaptation télé était assez fidèle à l’esprit du livre, je n’ai donc pas été perdue dans ma lecture; en revanche, il m’est toujours très difficile de me plonger dans un roman après avoir vu son adaptation sur grand ou petit écran: je ne peux pas m’empêcher d’imaginer les personnages tels qu’ils sont dans l’adaptation, et cela gâche un peu mon plaisir de lecture, qui passe par l’imagination totale de l’apparence des personnages, des paysages, etc. Cela ne m’empêchera pas de me tourner à nouveau vers Michel BUSSI dans le futur!

4 La mer (Yôko OGAWA): j’avais ce livre sur mes étagères depuis longtemps, même si je ne suis habituellement pas attirée par les nouvelles. Ce recueil très court (7 nouvelles, 160 pages) me laisse une impression mitigée: les deux premières nouvelles m’ont laissée de marbre, à tel point que je me suis demandée si j’allais passer complètement à côté du recueil complet. Et puis, la découverte: « Le bureau de dactylographie japonaise Butterfly », la troisième nouvelle, m’a fait instantanément plonger dans ce que j’aime de la littérature japonaise, et particulièrement de la plume de Yôko OGAWA: la douceur, la poésie, la symbolique. Sur les quatre nouvelles restantes, deux ne m’ont pas emballée (les plus courtes), et j’ai beaucoup aimé les deux autres. Il faut avouer qu’il me sera difficile d’apprécier un autre ouvrage de cette autrice plus que La formule préférée du professeur, lu l’an dernier et qui m’avait énormément touchée. À noter que cette lecture inaugure un de mes objectifs littéraires de cette année, à savoir approfondir ma connaissance de la littérature japonaise.

5 Le Consentement (Vanessa SPRINGORA): je vous ai parlé récemment de cette lecture dans une chronique, que vous pouvez retrouver en cliquant sur le titre du livre.

6 Âme brisée (Akira MIZUBAYASHI): j’ai découvert cet auteur il y a quelques années grâce à Une langue venue d’ailleurs, un ouvrage brillant qui retrace la découverte du français par l’auteur, et sa lente appropriation de cette langue, avec une comparaison avec sa langue maternelle, le japonais. Un vrai cri d’amour à la langue française, qui ne peut laisser indifférent une amoureuse des langues comme moi. Bref, j’avais hâte de découvrir Âme brisée et n’ai pas été déçue. Je n’en dirai pas plus, car j’espère trouver le temps d’écrire une chronique à son sujet pour le faire connaître plus en détails.

7 Leurs enfants après eux (Nicolas MATHIEU): encore une déception! J’avais entendu parler de ce roman sur Instagram et l’avait gardé dans ma liste d’envies depuis. Malheureusement, le charme n’a pas opéré non plus. J’ai eu la désagréable sensation de lire une caricature de la société des années 1990 à travers des descriptions de la classe moyenne qui forçaient vraiment le trait. Pas une page ou presque sans alcool ou violence, j’ai trouvé ça lassant! Je suis peut-être passée à côté de quelque chose, en tous les cas je me suis ennuyée pendant ma lecture et ai même pensé l’abandonner… mais je me permets rarement l’abandon en littérature, ayant toujours l’espoir d’être agréablement surprise avant la fin du livre. Cela n’aura pas été le cas pour celui-ci!

8 Tous les hommes désirent naturellement savoir (Nina BOURAOUI): j’avais très envie de partir à la rencontre de Nina BOURAOUI, et je ne suis pas déçue d’avoir commencé par ce livre autobiographique! Je ne vous en dis pas plus, car j’espère également rédiger une chronique pour celui-ci. Je me suis d’ores et déjà procuré Otages, dont vous entendrez certainement parler prochainement!

9 Le maître et Marguerite (Mikhaïl BOULGAKOV): je ne sais pas quoi vous en dire… J’ai l’impression d’être passée complètement à côté, mais je suis quand même contente de l’avoir lu, et de ne pas avoir cédé à la tentation de l’abandon. Le côté fantastique et absurde ainsi que la profusion de personnages m’ont quelque peu rebutée, mais j’ai retrouvé la beauté et la puissance du langage auxquelles nous ont habitués les auteurs russes, ce qui compense la frustration de ne pas avoir réussi à rentrer dans ce classique! Je suis heureuse de l’avoir terminé, cela faisait de nombreux mois qu’il était dans ma bibliothèque! De plus, il me permet de cocher une autre case sur la liste de mes objectifs littéraires pour cette année: lire plus de classiques.

En conclusion, janvier aura été mitigé, entre gros coups de cœur et déceptions. Ce premier mois de l’année aura néanmoins tenu ses promesses en termes de diversité, puisque j’ai lu 3 nationalités différentes, et un nombre presque équilibré d’auteurs et d’autrices. Deux lectures en rapport avec le Japon et un classique sont également un résultat très honorable, je doute d’être capable de faire mieux les mois suivants si je souhaite rester ouverte à d’autres thématiques.

Avez-vous lu certains de ces ouvrages? Qu’en avez-vous pensé? Me recommanderiez-vous d’autres titres de ces auteurs pour étoffer mes connaissances et pourquoi pas changer d’avis sur certains?

Bon weekend, et prenez soin de vous.

M.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s